Intro

Marion-Marechal-Le-Pen-Presse

Bonjour et bienvenue sur MarionLePen.org !

Ce site a pour objectif de reprendre tous les articles du Web qui « mentionnent » notre douce Marion Maréchal-Le Pen. Ceci permettra de prendre connaissance de tout ce qui se dit sur elle, afin de soutenir son combat courageux et salutaire. Si les articles sont positifs, n’hésitez pas à les republier sur votre compte Facebook ou sur Twitter. S’ils ne le sont pas, nous aurons besoin de vous pour les commenter en grand nombre, et argumenter sincèrement (sans démagogie) pour rétablir les vérités (puisque nous savons tous que Marion est « parfaite » !) … ;)

Également, il se peut que vous retrouviez plusieurs fois les mêmes articles, mais provenant de sites différents. En effet, une collaboration entre divers médias se partageant les mêmes sources se traduit par des pages dupliquées sur internet (par exemple entre Europe 1, 20 Minutes, France 24, Le Point etc.) … Copiez vos commentaires sur chacun d’eux. Face à la pression des grands médias (et du système, seulement 2 députés pour représenter 6 millions de Français !?) pour nous empêcher de nous exprimer, ou dévoyer nos idées et nos paroles avec condescendance, nous ne serons jamais assez pour leur exprimer notre refus d’être ignorés …

Marion, au nom de tous tes soutiens, merci infiniment pour ton travail ! Tu es une source d’inspiration et d’admiration pour nous les jeunes …

Bonne lecture à toutes et tous !

Pour recevoir les articles dans votre lecteur de fils de discussion RSS,
cliquez sur cette icône :
RSS Marion Maréchal-Le Pen

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by admin. Commentaires fermés

Base et appareil : au FN, chacun son discours

Marine Le Pen, le 30 novembre 2014, lors du congrès du Front national. © Laurent Cipriani/AP/SIPA

Les sympathisants du Front national ne tiennent pas le même discours que les élus, les cadres et les candidats du parti : telle est la conclusion de l’enquête de DataMatch, qui a analysé pendant près de trois semaines les messages publiés sur Twitter par 633 comptes parmi les plus actifs sur le réseau social.

«J’appelle nos compatriotes musulmans à se tourner vers moi». La phrase date du 28 mars 2012, à peine un mois avant le premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Dans un entretien avec le quotidien gratuit 20 minutes, Marine Le Pen, la candidate du Front National, réagit aux attentats de Mohamed Merah en distinguant «islam» et «fondamentalisme islamique». Quelques semaines plus tôt, un militant du FN –exclu du parti après son arrestation- était condamné à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Castres pour avoir profané des tombes musulmanes, assurant auprès de la police « résister face à l’invasion arabo-musulmane qui déferle en France (sic) ». Un seul parti, deux discours opposés, en apparence. Les propos des officiels, des candidats, des cadres du parti sont-ils les mêmes que ceux de ses militants ou de ses sympathisants ? Parlent-ils des mêmes thèmes en employant les mêmes mots ? Ont-ils des préoccupations similaires ? Voici la question que DataMatch s’est posée à la veille des élections départementales.

Dataviz animée : Le FN tient-il un double discours?

Pour y répondre, nous avons défini une méthodologie qui permet une approche statistique et objective de ce sujet. Les discours étudiés sont ceux tenus publiquement sur le réseau social Twitter par des personnes se revendiquant sans aucune ambiguïté du Front national et du Rassemblement bleu Marine, l’affichant souvent dans le texte de description de leur profil. «Dans un premier temps, nous avons identifié le champ sémantique des sympathisants FN sur Twitter, après quoi nous avons récupéré l’ensemble des messages liés à ce champ sémantique, explique Othmane Zrikem, consultant au sein du cabinet de conseil en stratégie Ekimetrics, qui a aidé notre équipe de datajournalisme à constituer le corpus de cette enquête. Ensuite, nous avons réparti les émetteurs qui ont utilisé ce champ entre les représentants officiels (élus, cadres ou candidats) du FN et les sympathisants et militants».

Au total, 633 comptes, parmi les plus actifs, ont été retenus : 421 sympathisants ou militants et 212 représentants officiels. Ils ont posté 45 675 tweets – messages écrits par les détenteurs de compte ou retweetés – entre le 27 février et le 18 mars 2015. Chaque occurrence a été comptée par un logiciel. A partir de ces résultats, nous avons réparti les termes dans plusieurs champs lexicaux. Nous avons exclu les mots liés à la campagne électorale en cours –«tractage» ou « meeting », par exemple, pour retenir les six sujets de fond les plus fréquemment abordés : l’immigration, l’islam, l’Europe, l’économie, l’agriculture et la sécurité. Ensuite, DataMatch a rapporté le nombre d’occurrences au nombre total de tweets abordant les six thèmes retenus, puis calculé la répartition des six champs lexicaux entre eux.

Les militants et sympathisants de base n’abordent pas les même sujets que les cadres du FN

Après le travail d’analyse statistique, nous avons pu constater que les officiels et cadres du parti d’une part et les sympathisants et militants d’autre part ne parlaient pas des mêmes sujets. L’immigration et islam sont les deux sujets de prédilection de la base alors que l’économie et l’Europe sont les deux premiers thèmes abordés par les représentants du parti. Ce dédoublement du discours reflète la tension qui traverse le Front National, pris entre la volonté de normalisation afin de rassembler le plus largement possible et les gages adressés à la base militante historique.

Cécile Alduy, auteure de «Marine Le Pen prise aux mots» (ed. du Seuil), explique que ces deux discours n’entrent pas nécessairement en contradiction. Lorsque l’on se rend dans un meeting du Front national, cette ambiguïté du discours du parti apparaît ainsi au grand jour. «Quand Marine Le Pen fait un discours public destiné aux sympathisants et aux militants, ceux-ci répondent aux paroles les plus anodines en scandant:  ‘On est chez nous, on est chez nous’. Quels que soient les mots utilisés par les leaders, les militants entendent ce message. On l’a vu, au soir du premier tour des élections départementales, lorsque Marion Maréchal-Le Pen a prononcé un discours plutôt langue de bois, qui a été accueilli par ces mêmes cris ». Le discours « normalisé » que délivre Marine Le Pen sur scène est accompagné presque invariablement par cette scansion identitaire. Et ce ne sont pas les tirades contre l’euro qui suscitent les réactions les plus passionnées des militants, mais plutôt lorsque la candidate leur répond directement, s’appropriant le slogan de la foule : « Et parce que vous êtes chez vous, vous avez le droit de ne plus vouloir de ces Franco-Algériens comme Mohamed Merah ! », tonnait-elle par exemple en avril 2012 au Zénith de Paris, avant le premier tour de la présidentielle.

A lire : l’interview de Cécile Alduy, co-auteure de «Marine Le Pen prise aux mots»

Pour Cécile Alduy, les militants et sympathisants du FN ne font que peu de cas du discours «dédiabolisé». «Le discours du FN est une maison à plusieurs étages. Il y a les fondations avec le discours historique qui se concentre sur les questions identitaires, sécuritaires et d’immigration. Marine Le Pen a ajouté des étages et de la décoration : un étage économique, une façade républicaine en accaparant la laïcité ou la République… Dans la « maison FN », les militants restent au rez-de-chaussée, ils ne montent pas dans les étages», expose-t-elle.

Dans le cadre de notre enquête, nous avons également repéré quels étaient les noms propres les plus fréquemment cités. Dans la catégorie des adversaires politiques, Manuel Valls arrive largement en tête (3633 mentions de son nom). Une prégnance qui s’explique par les nombreuses prises de position publiques anti-FN du Premier ministre à la veille du premier tour des élections départementales. Le discours consacré directement aux opposants politiques est, comme le discours de fond, traité différemment par les représentants officiels du FN et par les sympathisants. Le mot-valise «socialope», dénigrant les socialistes, revient à sept reprises dans notre corpus –jamais de la part des cadres du parti.

On trouve aussi dans les 45 000 tweets des célébrités, liées à l’actualité des trois semaines de notre enquête. La chanteuse Madonna est citée 55 fois, et l’animateur de télévision Laurent Ruquier est mentionné 76 fois. La première avait proposé à Marine Le Pen, une de ses bêtes noires, d’aller boire un verre. Le second a affirmé «regretter» d’avoir donné la parole à son ancien chroniqueur Eric Zemmour dans son émission sur France 2.

Un vocabulaire spécifique à l’extrême droite

Autre constat d’une lecture cursive: l’emploi d’un vocabulaire propre à l’extrême-droite. La théorie du «grand remplacement» est particulièrement prisée (532 occurrences chez les sympathisants, tandis que deux cadres du FN seulement se sont aventurés à retweeter des messages reprenant l’expression). Pourtant, cette «théorie» est récusée depuis peu par la présidente du Front national. Elle l’a dit dans une interview au «Journal du Dimanche» le 2 novembre dernier : «Le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas de cette vision complotiste». De même, les 339 mentions du «concept» de «remigration», utilisé avant tout par la mouvance identitaire.

De nombreux militants et sympathisants jouent avec plus ou moins d’ambiguïté sur leurs thèmes favoris, l’immigration et l’islam. Les appels à la haine sont rares, mais bien présents dans la base de données constituée trois semaines durant. Un tweet qui a été plusieurs fois repris dénonçait ainsi la « peste verte » que représente l’islam aux yeux des militants. D’autres, beaucoup plus nombreux, utilisent un terme péjoratif pour qualifier les musulmans : «muz» ou « muzz » (54 occurrences, mais aucune émanant des cadres du parti). Certains appellent à la violence contre les musulmans. Dans une autre comparaison raciste, un utilisateur clamait : «Je veux pour mes enfants une France Front national sans muzz et autres rats qui pompes (sic) notre fric».

Nous avons pu analyser de manière statistique le texte des messages publiés, mais pas l’iconographie. Le choix des images est pourtant capital et fait écho au recours très fréquent à l’insinuation, identifiée par Cécile Alduy dans les grands discours officiels de Marine Le Pen. Dans plusieurs cas, les tweets des sympathisants sont constitués d’une photo et d’un texte, assimilé à une légende qui est censée apporter une lecture politique à une image anodine et a priori dépourvue de cette dimension. Ainsi, un utilisateur publie un cliché de neuf personnes noires qui attendent un bus. Le commentaire qui l’accompagne est une question rhétorique : « Mais qui parle donc de grand remplacement ? ». Neuf personnes au bord d’une route et voilà, pour l’auteur de ce message, la théorie du « grand remplacement » justifiée…. Les exemples similaires affluent. Certaines images sont parfois totalement détournées, comme l’avait démontré « Le Monde » en 2014 : au soir d’un match de football de l’équipe d’Algérie, des sympathisants d’extrême-droite avaient fait circuler l’image d’un immeuble bardé de drapeaux algériens en affirmant que le bâtiment était situé dans le quartier de Barbès, à Paris. Cette photo avait en réalité été prise dans une rue… d’Alger.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés

Le FN vise un exploit : conquérir un département

Le parti de Marine Le Pen mise sur la « porosité » de son électorat avec celui de la droite.

À la veille du second tour des élections départementales, le Front national n’est pas certain de pouvoir décrocher un département mais se dit déjà très satisfait d’avoir atteint plusieurs objectifs, «fondamentaux» selon les propres mots de Marine Le Pen. Et il n’écarte pas la possibilité de réaliser un «exploit», dimanche, dans le Vaucluse et a fortiori dans l’Aisne.

C’est en effet dans le Vaucluse, sur fond d’effondrement de la droite locale, que les chances de victoire du FN sont les plus grandes. La conquête de ce département tenu par la gauche depuis quatorze ans et considéré comme l’une des terres de force du vote frontiste serait un puissant symbole pour le parti, qui y dispose d’une locomotive, la députée Marion Maréchal-Le Pen.

Arrivé en tête dans onze cantons sur dix-sept, élu dès le premier tour au Pontet, le FN est tellement pressé d’en découdre avec les socialistes qu’il a accepté de se retirer d’une triangulaire à Bollène, favorisant ainsi ses concurrents de la Ligue du Sud. Pour Marine Le Pen, de telles ententes locales se justifient, même si celles-ci sont passées avec des «adversaires», car l’objectif principal est de battre la gauche.

Dans ce département, les espoirs des frontistes se fondent sur une «porosité», qu’ils affirment constater sur le terrain, entre les électeurs de droite et ceux du Front. Ils aimeraient bien voir plus de cadres locaux de la droite s’affranchir des consignes nationales, comme semble le faire Roger Pellenc, maire DVD de Pertuis et candidat aux départementales. Soutenue par l’UMP, cette figure locale veut tout faire pour sortir la gauche du Vaucluse. «Le ni-ni, ce sont des couillonnades! confie l’élu au Figaro, ce n’est pas comme cela que ça se passe. Quand vous êtes un élu de terrain, vous êtes bien obligé d’aller avec ceux qui vous semblent les plus capables de mener la barque.» Enterrant le clivage politique, le vice-président de la communauté du Pays d’Aix, chargé du développement économique, affirme travailler en bonne intelligence avec toutes les sensibilités politiques de la région. Mais en guerre avec le PS de son département, cet ex-RPR ne veut absolument pas se retrouver «confronté» avec des socialistes dans une majorité relative. Se plaçant «au-dessus des partis», il regrette la «banqueroute» des finances départementales et assure: «Les Français attendent autre chose. On ne peut plus se permettre de gaspiller. Si le FN a la capacité de gérer un programme, avec des hommes de valeur, je les soutiendrai, comme je soutiens Maryse Joissains à la communauté du Pays d’Aix», à cheval sur les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse.

Florian Philippot, le vice-président du FN, applaudit l’initiative. Il considère qu’elle «échappe au fort terrorisme de l’UMPS» mais il constate cependant que le cas est isolé. «Contrairement à ce que laisse suggérer la vitrine nationale du ni-ni, partout les élus UMP et UDI appellent à voter pour le PS. C’est un phénomène massif. On le voit dans la Moselle, la Drôme, le Nord, le Var, le Gard ou encore dans l’Aisne où l’on constate trois retraits au profit du PS.»

Dans l’Aisne, deuxième département où le Front national pouvait envisager une victoire, le contexte apparaît très difficile au second tour pour le FN compte tenu des désistements prévus pour contrer le parti de Marine Le Pen.

Avec ou sans département, en cette veille de second tour, les frontistes sont ravis de leurs performances. Ils se félicitent d’avoir pu donner un nouveau coup de boutoir dans la forteresse du bipartisme en provoquant 816 duels (532 face à l’UMP et 284 face au PS). Leurs quatre victoires cantonales de premier tour les confortent également dans leur certitude d’incarner une force politique «majeure» du pays.

Pour eux, comme pour Marine Le Pen, le Front national est en ordre de marche pour la présidentielle. Il place progressivement ses pions et de «précieux relais» sur la carte électorale du pays. Et ces dernières élections locales, vues comme un nouveau symbole de leur ancrage, viennent de leur donner de nouveaux outils pour préparer le «grand basculement» auquel pense Marine Le Pen. Avec patience.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés

Jacques Bompard, un élu au service du bien commun

Chouanne dit :

Soutien total au FN pour cette élection, mais en espérant que Yann Bompard et Marie-Christine Bompard sa mère soient élus, l’un à Orange, l’autre à Bollène. Jacque Bompard ne se présente pas parce qu’il est déjà maire et député.

Il nous faudrait beaucoup d’élus de la qualité des Bompard et de leurs alliés de la Ligue du Sud qui font un travail considérable dans le sud.

Merci pour ce bulletin qui en dit long sur la qualité de l’action de Jacques Bompard à l’Assemblée.

Marion Maréchal-Le Pen ne s’est pas grandie en voulant renverser ceux qui lui ont pourtant préparé le terrain et permi son succès électoral à l’Assemblée.

Elle n’était pas née que les Bompard se battaient déjà et remportaient les premiers succès tangibles et pérennes du FN, permettant au FN son assise actuelle dans le Sud et spécialement dans le Vaucluse. Si J Bompard n’avait pas quitté le FN, il n’aurait plus la mairie d’Orange depuis longtemps…

Je prie pour qu’ils remportent ces élections. Au département ils se battront dans l’intérêt du département. Si le FN agit dans l’intérêt du département ils le soutiendront au Conseil général.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés

De la signification antipatriotique du vote FN – par Georges Gastaud

Beaucoup d’électeurs issus du monde ouvrier ont, hélas, voté pour le « rassemblement bleu marine » ce 22 mars. Certains d’entre eux, hélas, sont depuis longtemps gagnés par la haine de l’autre, de l’ouvrier étranger, du chômeur prétendument « assisté », du fonctionnaire « planqué », du syndicaliste « rouge »… Ainsi va la crise systémique du capitalisme qui, chômage et précarité de masse aidant, tend à opposer entre eux des hommes que tout devrait unir.
Cependant le phénomène nouveau et très inquiétant, c’est que nombre de travailleurs qui ne sont pas (encore ?) spécialement racistes, croient sincèrement émettre un vote patriotique, voire un vote de classe « antisystème » en soutenant le FN.
Les dirigeants de l’UMP et du PS qui, meutes de journalistes branchées à l’appui, font doctement la leçon aux électeurs ouvriers du FN, sont alors fort mal placés pour poser au « défenseur de la démocratie » : comment en effet les dirigeants du Parti Maastrichtien Unique (PS, UDI, UMP) qui désossent la France, son industrie, sa langue, ses services publics, ses acquis sociaux, pour installer l’U.E. atlantiq ue du capital seraient-ils qualifiés pour décerner des brevets « républicains », eux qui obtempèrent aux moindres commandes du MEDEF, de Bruxelles ou de Washington visant à aligner notre pays sur le contre-modèle anglo-saxon ?

UN VOTE FN OBJECTIVEMENT AUSSI ANTINATIONAL QU’ANTIOUVRIER

ruffin FN pauvres actionnairesC’est en de tout autres termes que les militants franchement communistes du PRCF, qui s’opposent depuis toujours à Maastricht, au MEDEF, à l’OTAN, au tout-anglais impérial et au Pacte transatlantique en gestation, s’adressent aux électeurs ouvriers tentés par le FN : nous leur disons seulement, que sans le vouloir et en toute bonne foi, en votant FN, ils votent contre leur classe et contre leur pays.


Contre votre classe car celle-ci ne peut peser socialement que lorsqu’elle s’unit dans la lutte FACE A LA CLASSE CAPITALISTE plus arrogante que jamais. Or le FN passe son temps à opposer les travailleurs selon leur origine et leur religion, à fustiger les grévistes et la CGT, à vomir les communistes – qui, grâce au Front populaire et aux luttes antifascistes de la Résistance, ont apporté au peuple français la Sécu, les retraites par répartition, le Code du travail, les statuts publics, les conventions salariales collectives, la nationalisation d’EDF et de Renault…
Contre la France également. D’abord en effet, il est faux que le FN veuille sortir notre pays de l’euro et de l’UE. Sortir de l’UE, il n’en est pas question sur le site national du FN. Quant à la sortie de l’euro revendiquée par le FN en fonction du public auquel il s’adresse, elle relève de la pub mensongère : sur son site, le FN ne parle en effet que de « sortie concertée de la zone euro » ; en clair, une France « bleue marine » ne sortirait de l’euro que si les 18 pays membres de l’euro-zone, RFA en tête, décidaient à l’unanimité de revenir aux monnaies nationales ! Comme on dit, « c’est pas demain la veille » donc, que la France sortirait de la funeste monnaie unique, donc qu’elle se dégagerait des diktats de Bruxelles, de Berlin et de leurs complices du CAC-40, qu’elle romprait avec l’euro-austérité à perpète et qu’elle stopperait les privatisations et les délocalisations permises par le Traité de Maastricht (selon lequel « l’UE est une économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée »). DANS LE CADRE DE L’U.E. ET DE L’EURO, LES PROMESSES DE NATIONALISATION, DE « PROTECTIONNISME INTELLIGENT » et de « REINDUSTRIALISATION » prodiguées par Marine Le Pen sont du PIPEAU, exactement comme le sont les promesses d’ « Europe sociale » que dispensent, avec de moins en moins d’écoute, le PS et ses flancs-gardes de la fausse « gauche radicale ».

LA VERITABLE ATTITUDE DE L’UM’ PEN SUR L’EUROPE, OU l’EURO COMME « MONNAIE d’ECHANGE » POLITIQUE

En réalité, si le FN parvient au pouvoir, il lui faudra pour cela les voix de l’UMP : et cela posera à l’avenir de moins en moins de problèmes puisque Sarkozy RECYCLE SYSTEMATIQUEMENT LES ANTIVALEURS du FN, que l’électorat UMP se reporte de plus en plus sur « Marine », que les ANTIVALEURS autoritaires, xénophobes, anticommunistes, anti-laïques, inégalitaires et anti-solidaires du fascisme à l’ancienne et de l’ultralibéralisme « moderne » servent d’ores et déjà de ciment à l’U.M.’ Pen en formation sur nombres de thèmes sociétaux ou électoraux. En réalité, la dénonciation rhétorique de l’euro par le FN n’est qu’une monnaie d’échange entre l’UMP et le FN. Il y a gros à parier que si Marine Le Pen accèdait au second tour de la présidentielle, elle mettrait une sourdine à sa rhétorique euro-critique de manière à amadouer Bruxelles et à obtenir le soutien ouvert de l’oligarchie capitaliste dans sa marche vers l’Elysée. Toute cette ultra-réaction sarko-lepéniste aurait tôt fait de converger sur le thème de la « reprise en main » ; sourdine sur l’ « opposition » du FN à l’euro, à l’OTAN et au Traité transatlantique, mais feu à volonté des « bleus marines » et autres Ciotti contre les travailleurs immigrés, les syndicalistes de classe, les intellectuels progressistes et les prétendus « privilèges » de la fonction publique : bref, ABANDON RAPIDE de la thématique pseudo-républicaine du FN et entente de ce dernier avec le MEDEF et avec l’UMP, au détriment de la classe ouvrière, des communistes… et de l’indépendance nationale !

LE F.N. COMPLICE DU TOUT-ANGLAIS IMPERIAL

Pour mieux s’en convaincre, il suffit d’observer l’attitude du FN sur les questions linguistiques. Superficiellement, le FN semble opposé à la scandaleuse politique d’arrachage linguistique que l’UE, le MEDEF et leurs amis « bobos » font subir à la langue française au profit du tout-globish. Mais dans les faits, le FN se garde de heurter le puissant groupe de pression des angliciseurs du MEDEF, de Bruxelles et de l’UMPS. Pire, au moment des européennes, on a vu Marion Maréchal (nous voilà) Le Pen s’afficher en Belgique avec le fascisant Vlaams Belang, ex-Vlaams Blok, qui persécute les francophones en Flandre et qui rêve de rattacher Lille et Dunkerque à une future Flandre indépendante… Et la première intervention de Marion Maréchal nous voilà ? Le Pen, à la tribune du Parlement, aura été pour demander que les maigres crédits alloués à l’Education nationale pour faire cours en arabe à quelques centaines d’enfants primo-arrivants soient réaffectés… non pas pour renforcer l’enseignement si mal loti du français, mais pour habituer les petits Français à l’anglais dès leur plus jeune âge. En réalité, de la langue française, « langue de la République » et ciment de la Francophonie internationale, le FN s’en contrefiche…

« P.M.U. »ET U.M.’PEN, DEUX MANIERES DE METTRE LE POINT FINAL À L’HISTOIRE DE FRANCE…

La seule chose qui arriverait sans doute, si Marine Le Pen devenait chef de l’Etat, c’est qu’aussitôt, les heurts intercommunautaires éclateraient opportunément dans le pays (et s’ils n’éclataient pas « spontanément », qui doute qu’on les susciterait un petit peu en sous-main ?) ; ce serait aussitôt le choc… frontal entre la jeunesse antifasciste et l’appareil d’Etat déjà en voie de fascisation (tant les lois « sécuritaires » liberticides se succèdent de Sarkozy à Valls). La France des Lumières, de 1789, de 36 et de 45 donnerait au monde le spectacle déshonorant de sa fascisation et de ses guerres civiles et interreligieuses larvées : ce serait de fait la mort et le discrédit mondial de l’héritage humaniste issu de l’Edit de Nantes (qui mit fin aux guerres de religion), de la laïcité républicaine à la Jaurès, du droit de grève dans les services publics……

ET D’ENTERRER LE CNR ET LA RÉVOLUTION FRANÇAISE !

Bref, la France et sa classe travailleuse ont raison de retirer leur soutien aux partis maastrichtiens qui dissimulent l’euro-dissolution de la France et de ses acquis derrière un discours pseudo-républicain. Mais la tentation vertigineuse de s’abandonner aux héritiers de Versailles, de Vichy et de l’OAS pour redresser le pays n’est qu’une autre forme de suicide républicain : il s’agirait alors de remplacer la mort lente de l’UMPS par la mort violente et déshonorante de l’UM’ Pen : quelle aubaine pour l’oligarchie mondiale qui, 25 ans après la contre-révolution anticommuniste à Moscou, pourrait danser sur le cadavre de la Révolution française et du CNR reniés et salis par les descendants des Sans Culottes !

PRIORITÉ AUX LUTTES ! SORTIR DE L’U.E. ATLANTIQUE PAR LA PORTE À GAUCHE !

PRCF affiche départementales UE vallsDécidément, l’extrême droite n’est que la droite extrêmement et le rôle plus particulièrement dévolu au F.N. est, comme dans les années 1930, de brandir de mensongers slogans « sociaux » et « patriotiques » pour détourner le vote populaire et l’arrimer à la classe capitaliste alors que se dessinent des situations socialement explosives. Dans ces conditions, plus une voix ouvrière, patriotique ou républicaine pour le pseudo-Front national ! Sans cesser de combattre Valls-MEDEF, privilégions les luttes sociales et les manifs anti-austérité du 9 avril ; avec le PRCF et les Assises du communisme, construisons les 9 et 30 mai prochain de larges actions unitaires pour que la France se retire, en s’inspirant des principes progressistes du CNR, du broyeur de l’UE atlantique !

Georges Gastaud

Georges Gastaud, philosophe, syndicaliste et militant communiste et antifasciste est le secrétaire national du PRCF. www.initiative-communiste.fr

Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Marxisme et Universalisme, classes, nations, humanités qui vient de paraître aux Editions Delga

Couverture marxisme et universalisme georges gastaud

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/de-la-signification-antipatriotique-du-vote-fn-par-georges-gastaud/

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés

Jean-Marie Le Pen ira soutenir sa petite-fille Marion

Marion Maréchal-Le Pen et Jean-Marie Le Pen en 2013. © LCHAM/SIPA

Le président d’honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, sera présent dimanche pour la soirée électorale de sa petite-fille, Marion Maréchal-Le Pen.

Les Le Pen préparent-ils déjà une victoire dans le Vaucluse? Invité surprise à la soirée du deuxième tour des élections départementales dimanche, Jean-Marie Le Pen a en tout cas décidé de faire le déplacement jusqu’à Carpentras. Il passera la journée avec sa petite-fille, Marion, et sera présent à partir de 19 heures au MIN (Marché d’intérêt national) de la ville pour la soirée électorale. Le président d’honneur du Front national, qui n’était pas venu personnellement soutenir les candidats du Vaucluse pendant la campagne, tient à savourer ce qu’il imagine déjà être le triomphe de Marion Maréchal-Le Pen.

Le FN est arrivé en tête dans 11 cantons sur 17

Après avoir fait et refait les calculs, le Front national pense en effet que s’il y a un département gagnable, c’est celui-ci. Arrivé en tête dans 11 cantons sur 17, le FN avait remporté celui du Pontet dès le premier tour. Il a décidé de retirer son binôme de candidats qui se trouvait en concurrence avec celui de la Ligue du sud, parti d’extrême droite rival, dans un des cantons.

Le Front national est arrivé en tête dans 43 départements. Les très bons scores du FN peuvent lui laisser espérer de remporter suffisamment de sièges pour rendre ingouvernables l’Aisne, la Somme, le Pas-de-Calais, l’Oise, le Gard, le Var et les Pyrénées-Orientales. Des débats sur des accords techniques devraient ainsi agiter nombre d’assemblées départementales.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés