Intro

Marion-Marechal-Le-Pen-Presse

Bonjour et bienvenue sur MarionLePen.org !

Ce site a pour objectif de reprendre tous les articles du Web qui « mentionnent » notre douce Marion Maréchal-Le Pen. Ceci permettra de prendre connaissance de tout ce qui se dit sur elle, afin de soutenir son combat courageux et salutaire. Si les articles sont positifs, n’hésitez pas à les republier sur votre compte Facebook ou sur Twitter. S’ils ne le sont pas, nous aurons besoin de vous pour les commenter en grand nombre, et argumenter sincèrement (sans démagogie) pour rétablir les vérités (puisque nous savons tous que Marion est « parfaite » !) … ;)

Également, il se peut que vous retrouviez plusieurs fois les mêmes articles, mais provenant de sites différents. En effet, une collaboration entre divers médias se partageant les mêmes sources se traduit par des pages dupliquées sur internet (par exemple entre Europe 1, 20 Minutes, France 24, Le Point etc.) … Copiez vos commentaires sur chacun d’eux. Face à la pression des grands médias (et du système, seulement 2 députés pour représenter 6 millions de Français !?) pour nous empêcher de nous exprimer, ou dévoyer nos idées et nos paroles avec condescendance, nous ne serons jamais assez pour leur exprimer notre refus d’être ignorés …

Marion, au nom de tous tes soutiens, merci infiniment pour ton travail ! Tu es une source d’inspiration et d’admiration pour nous les jeunes …

Bonne lecture à toutes et tous !

Pour recevoir les articles dans votre lecteur de fils de discussion RSS,
cliquez sur cette icône :
RSS Marion Maréchal-Le Pen

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by admin. No Comments

Opposé au cumul, le FN envoie pourtant des cumulards au Sénat

Le Monde | • Mis à jour le | Par

Les deux sénateurs Front national ne marqueront pas de différence avec la plupart de leurs collègues du Palais du Luxembourg : comme beaucoup d’entre eux, ils cumuleront les mandats.

David Rachline est maire de Fréjus et conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, poste qu’il indique vouloir abandonner – il n’a pas vraiment le choix : la loi le lui impose. Il restera donc maire d’une commune de 50 000 habitants.

Quant à Stéphane Ravier, il est maire du 7e secteur de Marseille (150 000 habitants) et également conseiller régional.

« Élus à temps partiel »

Deux maires de villes de tailles respectables donc, qui siégeront également au Palais du Luxembourg. Or, dans un communiqué, le 9 juillet 2013, les deux députés FN, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard (qui avaient voté pour l’interdiction du cumul des mandats, début 2014), expliquaient que :

« Voter la loi et contrôler l’action du gouvernement sont des tâches solennelles et lourdes qui ne sauraient se contenter d’élus à temps partiel accaparés par ailleurs par un mandat de maire ou la présidence d’un conseil général ou régional. »

Ce qui est précisément le cas des deux nouveaux élus.

Le parti a fait du non cumul des mandats, thème populaire dans l’opinion, une de ses causes. Selon le Journal du dimanche, Marine Le Pen conseillait, fin 2012, à François Hollande de passer par le référendum pour imposer cette mesure. « La fin du cumul, c’est un vrai big bang électoral. C’est la fin des fiefs. En plus, il serait sûr de le gagner. L’opinion est avec lui sur ce sujet », aurait-elle expliqué. 

En juillet 2013, Marion Maréchal-Le Pen expliquait à son tour, à la tribune de l’Assemblée, pourquoi elle voterait la loi limitant le cumul des mandats : « Cette réforme répond à une nécessité criante. (…) Aujourd’hui la fonction de maire a largement évolué, elle demande une disponibilité importante, mais aussi des compétences administratives, juridiques, financières. (…) Le mélange des genres peut entraîner certaines dérives. »

Voici ce qu’on pouvait lire dans un argumentaire du parti datant d’avril 2013, encore consultable ici :

« Le Front national est favorable au non-cumul des mandats. Il permettra en effet de renforcer la défense de l’intérêt général qui doit motiver l’action de tout député, élu de la nation, moins tenté de satisfaire à quelque intérêt local. (…) C’est aussi un gage d’efficacité dans l’exercice des différents mandats, permettant à l’élu de mieux se satisfaire de sa charge. Entre autres effets positifs, probable diminution de l’absentéisme. »

Et, à la page 103 du programme politique du parti, figure un passage titré « L’instauration de la pluralité politique » dans lequel le FN évoque son souhait de voir voter « une loi organique » qui, notamment, « rendra impossible le cumul des mandats exécutifs ».

« Quand les autres l’appliqueront »

Ce n’est pourtant pas le premier arrangement que fait le FN avec ses promesses : le parti manque de cadres et se retrouve forcé d’envoyer toujours les mêmes. Ainsi, à la suite des élections européennes de mai, le Front national a envoyé vingt-quatre députés à Strasbourg. Dans le lot, comme le comptabilisait L’Opinion, on comptait pas moins de 14 conseillers régionaux, un maire, Steeve Briois (qui a dû abandonner son mandat régional), et plusieurs conseillers municipaux.

« C’est plus crédible de mettre en tête de liste un élu dans un exécutif qu’un simple militant », a justifié lundi le secrétaire général du FN, Steeve Briois, lui-même maire d’Hénin-Beaumont (Nord) et député européen. « La loi l’autorise pour l’instant, nous devrions être les seuls à appliquer quelque chose qui n’est pas encore applicable ? », s’est-il interrogé.

Interrogée lundi 29 septembre sur Europe 1, Marine Le Pen, quelque peu agacée, a fini par assumer : « Nous avons clairement dit que nous étions contre le cumul des mandats, mais nous appliquerons le non cumul quand les autres se l’appliqueront eux aussi. »

Voir tous nos contenus sur les élections sénatoriales 2014

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés

Sénatoriales 2014: Marine Le Pen et le Front national sortent (encore) renforcés de ce scrutin

POLITIQUE – Cette année 2014 restera dans les annales de la République… et du Front national. Après avoir fait tomber une dizaine de villes lors des municipales de mars dernier et après être arrivé en tête des européennes au mois de mai, le parti présidé par Marine le Pen conclut cette série électorale par un nouveau succès à l’occasion des élections sénatoriales. Deux des siens font leur entrée au Sénat, une première depuis 1958. Il s’agit du Marseillais Stéphane Ravier et du Varois David Rachline.

Sur le fond, ces élections ne bousculeront pas le cours des choses. Avec deux sénateurs, il n’est pas davantage possible de peser sur les choix politiques qu’avec deux députés (Marion Maréchal Le Pen et Gilbert Collard) à l’Assemblée nationale. « Ils vont faire comme nos députés: mettre le doigt là où ça fait mal, imposer des débats qui n’existent pas dans cette Assemblée qui a tendance à ronronner, soumettre les grands sujets de préoccupation des territoires », veut pourtant croire Marine Le Pen. « Ils vont surtout amener de la fraîcheur et de l’audace à une institution qui ronronne beaucoup », ajoute un cadre frontiste.

LIRE AUSSI: Ce qu’il faut retenir de ces sénatoriales 2014

Mais ces succès ont surtout un poids symbolique considérable. « C’est une grande victoire pour le FN, une victoire absolument historique qui démontre notre dynamique, qui s’accélère d’élections en élections », salue la présidente du FN. « 30% des Français sont enfin représentés au Sénat. C’est un signal très fort », abonde Stéphane Ravier.

La victoire de Marine Le Pen?

De fait, ce dimanche sénatorial fait oublier la seule déconvenue de l’année pour Marine Le Pen: l’impossibilité pour le parti frontiste de constituer, courant juin, un groupe au Parlement européen. Cet impair mis à part, le bilan de Marine Le Pen présidente du Front national (elle occupe le poste depuis janvier 2011) est donc un sans faute. Ce double succès est une nouvelle confirmation de la réussite de sa stratégie de dédiabolisation. « Plus qu’une normalisation, je parlerai d’une crédibilisation du Front national. Cela confirme notre capacité à pouvoir incarner l’alternative », se félicite auprès du HuffPost Louis Aliot, le vice-président du FN.

La nouveauté des sénatoriales, c’est que les élus locaux rejoignent désormais le sentiment qui a déjà touché les électeurs au printemps dernier. Et ce n’était pas gagné d’avance. Car certes le Var et les Bouches-du-Rhône sont traditionnellement des terres où le FN réalise de bons résultats mais la mécanique n’explique pas tout. Aussi bien Stéphane Ravier que David Rachline devaient séduire environ une centaine d’électeurs non encartés pour espérer l’emporter. « Ils ont voulu jouer la carte du pluralisme en ouvrant le jeu politique car ils ne se reconnaissent plus dans les pratiques des états-majors des partis », salue Louis Aliot.

« Nos voix ont été multipliées par trois, jusqu’à par dix » selon les départements par rapport au nombre initial de grands électeurs (GE) FN, a ainsi affirmé Marine Le Pen. Dans l’Aisne (43 GE), le parti récolte 167 voix, dans le Rhône (55 GE) 163 voix, dans le Gard (80 GE) 179 voix, en Seine-Maritime (52 GE) 161 voix, dans la Somme (une « dizaine » de GE) 88 voix, en Haute-Garonne (3 GE) 74 voix, dans les Vosges (9 GE) 32 voix… Au total, selon Michel Guiniot, qui a supervisé les sénatoriales pour le parti, le FN a réuni 4000 voix ce dimanche, soit quatre fois plus que lors des renouvellements de 2004 et 2008. En clair, le FN a tissé sa toile sur tout le territoire.

Pour y parvenir, Marine Le Pen essaie de s’appuyer sur des personnalités bien implantées localement. Stéphane Ravier et David Rachline sont les illustrations de cette tactique, le premier étant élu dans les Bouches-du-Rhône depuis 1995 tandis que le second est un varois pur jus, né à quelques kilomètres de sa terre d’élection. A 26 ans, le maire de Fréjus est aussi le plus jeune sénateur de l’histoire de la Ve République. « Si l’on ajoute que Marion Maréchal Le Pen est la benjamine de l’Assemblée, cela montre que nous sommes un parti qui donne sa chance aux jeunes et des jeunes qui gagnent. C’est un très bon signe, encourageant pour l’avenir », veut croire Louis Aliot.

« Une dernière porte, à pousser: l’Elysée »

L’avenir, le Front national l’espère radieux. Ses responsables n’ont d’ailleurs pas manqué de très vite se projeter vers d’autres victoires potentielles. « Plus une seule Assemblée en France n’est interdite au FN », s’est félicité Marine Le Pen. « Nous sommes capables de rassembler, nous avons donc un grand potentiel », a-t-elle ajouté sur BFMTV.


Marine Le Pen : « Nous sommes capables de… par lemondefr

« Nous sommes revenus à l’Assemblée nationale, nous sommes entrés au Sénat, il n’y a plus qu’une seule porte à pousser, celle de l’Elysée », a carrément lancé Stéphane Ravier dans un accès d’optimisme. Imaginer un succès frontiste en 2017 semble en effet très prématuré. Mais il y a une certitude: avec la moisson d’élus locaux, la candidate du Front national sera débarrassée du problème des 500 signatures indispensables pour se présenter.

Elle pourrait avoir ses parrainages d’autant plus facilement que l’année 2015 sera réussie pour le Front national. Deux scrutins viendront sans doute confirmer la vitalité du mouvement: les élections départementales au printemps, et encore plus les régionales à la fin de l’année. « Les élus locaux voient plus loin que les sénatoriales; ils voient la popularité de Marine Le Pen, les perspectives en Provence-Alpes-Côte-d’Azur notamment. Ils anticipent la force politique d’avenir que représente le Front national », assure Louis Aliot.

Dans le sud-est ou le nord (où Marine Le Pen pourrait être tentée de se présenter), la perspective de faire basculer une ou plusieurs régions n’est plus une utopie. Ailleurs, le FN contraindra vraisemblablement le PS et l’UMP à jouer des triangulaires à l’issue incertaine. Mais en cas de victoire, le Front national risque alors de se retrouver confronté à un autre dilemme: celui du cumul des mandats que le parti dit combattre. Stéphane Ravier et David Rachline, tous deux sénateurs-maires, sont déjà de belles illustrations de cette contradiction.

LIRE AUSSI

>> La défaite d’un sénateur réjouit La Manif pour tous

>> Dans les Bouches-du-Rhône, le boss, c’est Guérini

>> Qui sont les vainqueurs de ces sénatoriales?

>> Revivez la journée des sénatoriales

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés

Entrée historique du Front national au Sénat

LE SCAN POLITIQUE – Comme à l’Assemblée nationale, le FN fait entrer deux parlementaires au Sénat dont le benjamin des sénateurs, le maire de Fréjus, David Rachline.

Double événement au Sénat: la victoire de la droite et l’entrée du Front national au Palais du Luxembourg. Ce dimanche, Marine Le Pen et son mouvement se félicitent d’avoir fait élire, pour la première fois, deux sénateurs. Stéphane Ravier, maire du VIIe arrondissement de Marseille, et David Rachline, édile de Fréjus, siégeront désormais à la Chambre haute.

À cette occasion, David Rachline devient le plus jeune sénateur de la Ve République, de la même manière que Marion Maréchal-Le Pen était devenue en juin 2012 benjamine des députés. Né en décembre 1987, il est conseiller municipal de sa ville depuis qu’il a 20 ans. Il a été élu par la suite conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, puis, en mars dernier, maire de Fréjus. Il a également été dans l’équipe de Marine Le Pen pour la dernière présidentielle, particulièrement en charge du numérique, et dirigeant du Front national de la jeunesse. Proche de Jean-Marie Le Pen comme de Marine Le Pen, il est l’un des symboles de la «dédiabolisation» du FN voulue par sa présidente.

Dans les Bouches-du-Rhône, c’est Stéphane Ravier qui est parvenu à se faire élire pour le Front national. Il fut l’un des symboles de la dernière élection municipale, menant la liste de son parti à Marseille avec succès, jusqu’à se faire élire à la tête du VIIe arrondissement de la ville. Agent commercial chez Orange, il s’était fait élire aux régionales de 2010 avec huit autres frontistes au conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Pour lui, «le Front national est revenu à l’Assemblée nationale, nous sommes entrés au Sénat, il n’y a plus qu’une seule porte à pousser, celle de l’Élysée», a-t-il affirmé. Le nouveau sénateur a salué également l’élection du FN David Rachline dans le Var. «Nous ne serons pas trop de deux pour faire bouger le mammouth du Sénat!», a-t-il lancé.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés

Le FN entre pour la première fois au Sénat avec deux élus

Paris (AFP) – Le Front national entre pour la première fois dans l’histoire de la Ve République au Sénat avec deux élus, David Rachline dans le Var et Stéphane Ravier dans les Bouches-du-Rhône, a annoncé à l’AFP dimanche la présidente du parti, Marine Le Pen.

« C’est une grande victoire pour le FN, une victoire absolument historique, c’est la première fois que nous rentrons au Sénat et de belle manière, avec deux sénateurs qui rentrent », s’est-elle félicitée.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés

Au Front national, des sensibilités opposées s’organisent en vue du congrès

Florian Philippot d'un côté et Marion Maréchal-Le Pen de l'autre incarnent des lignes différentes au Front national.

Officiellement, ils n’existent pas. Le Front national serait le seul parti en France où les courants de pensée sont absents du débat interne. « Nous avons une force : nous sommes très unis, même idéologiquement, assure ainsi Florian Philippot, le numéro deux du parti. La force du FN est de ne pas être dans des querelles de chapelles. Il n’y a aucun avantage à aller dans la voie des motions, des courants. C’est le principe même des partis qui se cherchent. Ça ne mène à rien. »

Pourtant, la réalité semble plus complexe. Si la parole et l’autorité de Marine Le Pen, la présidente du parti d’extrême droite, ne sont pas discutées, des sensibilités différentes s’affirment dans son entourage. « Même si ce ne sont pas des courants structurés, nous voyons des tendances qui se mettent en place, qui sont destinées à s’affronter tôt ou tard », note Sylvain Crépon, politologue spécialiste de l’extrême droite qui enseigne à l’université de Tours.

« NATIONAUX-RÉPUBLICAINS » CONTRE « LIBÉRAUX-CONSERVATEURS »

Deux figures du parti incarnent ces courants en devenir. D’un côté, Florian Philippot est le héraut de ceux qui se nomment les « nationaux-républicains », ou « nat-rep ». Ils se reconnaissent dans la posture gaulliste affichée par M. Philippot, dans sa défense de l’assimilation – tout en plaidant pour l’arrêt de l’immigration – ainsi que dans son souverainisme, sa posture anti-monnaie unique et interventionniste dans le domaine économique. Ils se disent plus volontiers « Bleu Marine » q…

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés