Intro

Marion-Marechal-Le-Pen-Presse

Bonjour et bienvenue sur MarionLePen.org !

Ce site a pour objectif de reprendre tous les articles du Web qui « mentionnent » notre douce Marion Maréchal-Le Pen. Ceci permettra de prendre connaissance de tout ce qui se dit sur elle, afin de soutenir son combat courageux et salutaire. Si les articles sont positifs, n’hésitez pas à les republier sur votre compte Facebook ou sur Twitter. S’ils ne le sont pas, nous aurons besoin de vous pour les commenter en grand nombre, et argumenter sincèrement (sans démagogie) pour rétablir les vérités (puisque nous savons tous que Marion est « parfaite » !) … ;)

Également, il se peut que vous retrouviez plusieurs fois les mêmes articles, mais provenant de sites différents. En effet, une collaboration entre divers médias se partageant les mêmes sources se traduit par des pages dupliquées sur internet (par exemple entre Europe 1, 20 Minutes, France 24, Le Point etc.) … Copiez vos commentaires sur chacun d’eux. Face à la pression des grands médias (et du système, seulement 2 députés pour représenter 6 millions de Français !?) pour nous empêcher de nous exprimer, ou dévoyer nos idées et nos paroles avec condescendance, nous ne serons jamais assez pour leur exprimer notre refus d’être ignorés …

Marion, au nom de tous tes soutiens, merci infiniment pour ton travail ! Tu es une source d’inspiration et d’admiration pour nous les jeunes …

Bonne lecture à toutes et tous !

Pour recevoir les articles dans votre lecteur de fils de discussion RSS,
cliquez sur cette icône :
RSS Marion Maréchal-Le Pen

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by admin. No Comments

Jugé pour avoir traité Marion Maréchal-Le Pen de « conne » et de « salope »

,

La députée FN Marion Maréchal-Le Pen, à l'Assemblée nationale - Fred Dufour - AFP/Archives

La députée FN Marion Maréchal-Le Pen, à l’Assemblée nationale

Jean Bordeau, l’assistant parlementaire de l’ex-sénateur socialiste de Haute-Saône, Jean-Pierre Michel, avait traité Marion Maréchal-Le Pen de « conne » et de « salope », en octobre 2013, sur Twitter. Ce vendredi, il était jugé pour injure publique envers la députée FN. Il s’est défendu d’avoir voulu attaquer la femme, seulement la personne politique.

« L’élue et non la femme »

Suite à la publication de ce tweet injurieux à son encontre, Marion Maréchal Le Pen avait porté plainte pour « injure publique envers une personne privée ». Si Jean Bordeau reconnaît les insultes, qu’il a proférées dans le cadre politique de l’élection cantonale partielle remportée par le Front national à Brignoles (Var), il se défend d’avoir voulu injurier la personne. Selon lui, son message visait « l’élue et non la femme ». « Je refuse que l’on m’accuse d’être sexiste ou misogyne » a-t-il martelé, énumérant ses nombreux combats en faveur des femmes, notamment les femmes battues.

Des regrets

Jean Bordeau a également rappelé le contexte de la publication de ce tweet. Il a été écrit « en réaction aux débordements qui ont eu lieu » à l’issue du scrutin. Il reproche notamment la passivité de Marion Maréchal-Le Pen lorsque des militants du Front national scandaient « On est chez nous ! » devant « des immigrés de première et deuxième génération ». L’homme a également émis des regrets : « Ce n’est pas le meilleur écrit que j’ai pu produire ».

Le jugement de Jean Bordeau a été mis en délibéré au 28 novembre.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés

Injures contre Marion Maréchal-Le Pen : le tweet était-il politique ou personnel ?

L ‘assistant parlementaire d’un sénateur PS, jugé à Paris pour avoir injurié sur Twitter la députée FN Marion Maréchal-Le Pen en la qualifiant à la fois de « conne » et de « salope » en octobre 2013, a expliqué vendredi 24 octobre s’être adressé « à l’élue et non à la femme ».

L’assistant parlementaire d’un sénateur PS, jugé à Paris pour avoir injurié sur Twitter la députée FN Marion Maréchal-Le Pen en la qualifiant à la fois de « conne » et de « salope » en octobre 2013, a expliqué vendredi 24 octobre s’être adressé « à l’élue et non à la femme ». Attaqué pour injure publique envers une personne privée, Jean Bourdeau, alors assistant de Jean-Pierre Michel, ex-sénateur socialiste de Haute-Saône, a assuré avoir insulté « l’élue et non la femme (…) dans un cadre politique », celui d’une élection cantonale partielle remportée par le Front national à Brignoles (Var).

« On est chez nous ! »

Jean Bourdeau a déclaré avoir twitté en réaction aux « débordements qui ont eu lieu » à l’issue de ce scrutin, reprochant à Marion-Maréchal Le Pen sa passivité devant des militants FN criant « On est chez nous ! » devant « des immigrés de première et deuxième génération rassemblés devant la salle des fêtes » de la ville. « Ce n’est pas le meilleur écrit que j’aie pu produire », a reconnu le prévenu, exprimant ses regrets. « Mais je refuse que l’on m’accuse d’être sexiste ou misogyne », a-t-il martelé, énumérant ses différentes implications dans le combat en faveur des femmes, notamment les femmes battues.

« Nous sommes ici dans le domaine du combat politique » 

Son avocat, Christian Charrière-Bournazel, a plaidé la relaxe, défendant la liberté d’expression. « Nous sommes ici dans le domaine du combat politique » et la députée FN du Vaucluse « avait les moyens d’y répondre par l’intermédiaire de ses partisans », a-t-il souligné, citant des tweets agressifs reçus en retour par son client. Une version contestée par l’avocat de la députée FN, absente à l’audience, Walleyrand de Saint-Just.

Pour lui, l’insulte s’adressait « à l’être humain ». Il a également balayé les regrets du prévenu et rappelé que ce dernier avait revendiqué ses propos à l’époque. « C’est de l’humour bête et méchant. Et si elle ne comprend pas cet humour, je lui enverrai un vieux numéro d’Hara Kiri où on parlait de son grand-père », avait ainsi déclaré Jean Bourdeau. Une interprétation suivie par la procureur dans son réquisitoire, qui a souligné « la misogynie inhérente au message » posté sur le réseau social. « C’est la personne et non la fonction » qui était visée, a-t-elle estimé, soulignant qu’ »ici, la liberté d’expression cède devant les attaques personnelles caractérisées ». Le tribunal correctionnel de Paris a mis son jugement en délibéré au 28 novembre.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés

Marion Maréchal-Le Pen le 12 septembre 2014

L’assistant parlementaire d’un sénateur PS a été jugé ce vendredi pour avoir traité Marion Maréchal-Le Pen de « conne » et de « salope » sur Twitter. Il a expliqué qu’il s’était adressé à « l’élue et non à la femme« .

En octobre 2013, Marion Maréchal-Le Pen avait été traitée de « conne » et de « salope » sur Twitter par Jean Bordeau, alors assistant parlementaire d’un sénateur PS. Ce vendredi, Jean Bordeau a été jugé pour injure publique envers une personne privée concernant cette affaire. Devant la cour, l’homme s’est défendu de toute attaque machiste envers Marion Maréchal-Le Pen. Il a affirmé qu’il s’était adressé « à l’élue et non à la femme (…) dans un cadre politique » au moment des faits. Jean Bordeau a expliqué qu’il avait écrit ce tweet lors d’une élection cantonale partielle après des « débordements ». « Ce n’est pas le meilleur écrit que j’ai pu produire, » a également déclaré Jean Bordeau. « Mais je refuse que l’on m’accuse d’être sexiste ou misogyne, » a-t-il ensuite ajouté.

L’avocat de Jean Bordeau a demandé la relaxe de son client, évoquant la liberté d’expression. L’avocat de Marion Maréchal-Le Pen a pour sa part estimé que les propos de Jean Bordeau touchaient « à l’être humain« . Le jugement a été mis en délibéré au 28 novembre prochain par le tribunal correctionnel de Paris. La procureure a tenu à rappeler « la misogynie inhérente au message » posté sur Twitter par Jean Bordeau à l’encontre de Marion Maréchal-Le Pen. « C’est la personne et non la fonction qui était visée. Ici, la liberté d’expression cède devant les attaques personnelles caractérisées, » a-t-elle ajouté.

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés

Il traite Marion Maréchal-Le Pen de «conne»sur Twitter, mais se défend d’être misogyne

JUSTICE – Attaqué pour injure publique, l’auteur du tweet injurieux envers la députée FN assure s’être adressé «à l’élue et non à la femme» et se défend d’être «sexiste ou misogyne»…

L’assistant parlementaire de Jean-Pierre Michel, ex-sénateur socialiste de Haute-Saône, était jugé à Paris ce vendredi pour avoir injurié sur Twitter la députée FN. Attaqué pour injure publique envers une personne privée, Jean Bordeau avait qualifié Marion Maréchal-Le Pen de «conne» et de «salope» en octobre 2013. Devant la cour, il a assuré s’être adressé «à l’élue et non à la femme», dans le cadre politique de l’élection cantonale partielle remportée par le Front national à Brignoles (Var).

Jean Bordeau a déclaré avoir tweeté en réaction aux «débordements qui ont eu lieu» à l’issue de ce scrutin, reprochant à Marion-Maréchal Le Pen sa passivité devant des militants FN criant «On est chez nous !» devant «des immigrés de première et deuxième générations rassemblés devant la salle des fêtes» de la ville.

Des regrets

«Ce n’est pas le meilleur écrit que j’ai pu produire», a reconnu le prévenu, exprimant ses regrets. «Mais je refuse que l’on m’accuse d’être sexiste ou misogyne», a-t-il martelé, énumérant ses différentes implications dans le combat en faveur des femmes, notamment les femmes battues.

Son avocat, Christian Charrière-Bournazel a plaidé la relaxe, défendant la liberté d’expression. «Nous sommes ici dans le domaine du combat politique» et la députée FN du Vaucluse «avait les moyens d’y répondre par l’intermédiaire de ses partisans», a-t-il souligné, citant des tweets agressifs reçus en retour par son client.

Le parquet juge le message misogyne

Une version contestée par l’avocat de la députée FN, absente à l’audience, Walleyrand de Saint-Just. Pour lui, l’insulte s’adressait «à l’être humain». Il a également balayé les regrets du prévenu et rappelé que ce dernier avait (…) Lire la suite sur 20minutes.fr

Hollande: «Le rythme de nos actions va s’accélérer» contre le groupe Etat islamique
Déficit: Mediapart dévoile la lettre que l’Elysée ne voulait pas publier
VIDEO. Le maire FN d’Hayange voit ses comptes de campagne rejetés
Calais: Marine Le Pen dénonce «l’incurie» du gouvernement face à l’immigration clandestine
Téléchargez gratuitement l’application Android 20 Minutes

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés

Il comparaît pour un tweet injurieux contre Marion Maréchal-Le Pen

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Google Alert - marion maréchal-le pen -Menly.fr -marionlepen.org -frontnational.com -voxfnredekker.com -jeuxvideo.com -neoprofs.org. Commentaires fermés