Intro

Marion-Marechal-Le-Pen-Presse

Bonjour et bienvenue sur MarionLePen.org !

Ce site a pour objectif de reprendre tous les articles du Web qui « mentionnent » notre douce Marion Maréchal-Le Pen. Ceci permettra de prendre connaissance de tout ce qui se dit sur elle, afin de soutenir son combat courageux et salutaire. Si les articles sont positifs, n’hésitez pas à les republier sur votre compte Facebook ou sur Twitter. S’ils ne le sont pas, nous aurons besoin de vous pour les commenter en grand nombre, et argumenter sincèrement (sans démagogie) pour rétablir les vérités (puisque nous savons tous que Marion est « parfaite » !) … 😉

Également, il se peut que vous retrouviez plusieurs fois les mêmes articles, mais provenant de sites différents. En effet, une collaboration entre divers médias se partageant les mêmes sources se traduit par des pages dupliquées sur internet (par exemple entre Europe 1, 20 Minutes, France 24, Le Point etc.) … Copiez vos commentaires sur chacun d’eux. Face à la pression des grands médias (et du système, seulement 2 députés pour représenter 6 millions de Français !?) pour nous empêcher de nous exprimer, ou dévoyer nos idées et nos paroles avec condescendance, nous ne serons jamais assez pour leur exprimer notre refus d’être ignorés …

Marion, au nom de tous tes soutiens, merci infiniment pour ton travail ! Tu es une source d’inspiration et d’admiration pour nous les jeunes …

Bonne lecture à toutes et tous !

Pour recevoir les articles dans votre lecteur de fils de discussion RSS,
cliquez sur cette icône :
RSS Marion Maréchal-Le Pen

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by admin. Commentaires fermés sur Intro

Le programme du FN est « incohérent et anxiogène »

Le Front national se réunit du vendredi 5 au dimanche 7 février pour un séminaire en Essonne en forme de remue-méninges généralisé, première étape vers la présidentielle qui vise à parler communication plutôt qu’à remettre en cause le programme du parti. Le ban et une partie de l’arrière ban frontistes sont convoqués à Etiolles par Marine Le Pen pour réfléchir à huis clos à la stratégie à tenir pour dépasser en 2017 les 50%, après une année 2015 (départementales, européennes) aussi riche de hauts scores que maigre en succès effectifs. Le flou entoure ce séminaire: le lieu n’a été confirmé que du bout des lèvres mardi soir par Florian Philippot sur Public Sénat et l’ordre du jour est inconnu.

Entre 50 et 100 personnes sont annoncées: membres du bureau politique, parlementaires, mais aussi certains maires, cadres du parti ou proches de Marine Le Pen (Philippe Péninque, d’après plusieurs sources) ainsi que des compagnons de route (le maire de Béziers Robert Ménard, le patron du petit parti Siel Karim Ouchikh), etc.

Mais de l’avis général, aucun « grand soir » programmatique n’est à attendre, pour le bonheur de certains et le malheur d’autres.

Questions sur la sortie de l’euro

En économie notamment, le « changement important » souhaité par le compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, pourtant favorable à une sortie de l’euro, ne devrait pas avoir lieu.

Sur ce point, le nouveau numéro 4 du parti, Jean-Lin Lacapelle, a laissé entendre mi-janvier que le FN pourrait garder un euro réformé s’il arrivait au pouvoir. Mais la future candidate à la présidentielle « défendra en 2017 » la fin de la monnaie unique, a tranché Florian Philippot, ardent défenseur de cette thèse, qui rappelle mercredi dans L’Opinion que sur ce sujet « il n’y a pas de débat sur le fond (au FN) mais une réflexion sur les meilleurs arguments ».

Le FN devrait ce week-end en effet surtout travailler sur la communication: parler plus des entreprises, des patrons et PME « étranglés et asphyxiés » par les « charges » et les normes, et un peu moins de cette sortie de l’euro « anxiogène », notamment chez les plus de 65 ans, qui aux régionales ont voté deux fois plus pour les Républicains que pour le FN.

La forme devrait donc monopoliser les débats: changement symbolique de nom du FN, modalités du traditionnel défilé du 1er mai (« il y a moins de monde qui vient qu’avant », justifie Wallerand de Saint Just), alliances à droite, communication sur l’économie, etc.

« L’un des problèmes du parti, c’est qu’il n’est pas considéré comme crédible par les décideurs politico-économiques et surtout par les Français qui ne voient pas dans le FN une organisation politique en mesure de les gouverner », décrypte Gilles Ivaldi, chargé de recherche au CNRS, interrogé par Challenges. « Son discours reste à bien des égards très anxiogène pour des PME ou PMI qui exportent à l’étranger une partie de leur production », conclut le spécialiste du Front national qui juge le programme du parti à géométrie variable et sans grande cohérence. (-> Lire l’intégralité de l’interview)

Marine Le Pen lundi soir à TF1

Marine Le Pen en tirera les enseignements au journal de 20 heures de TF1 lundi, sa première interview à la télévision depuis le début de l’année.

D’ores et déjà, Marion Maréchal-Le Pen, érigée par beaucoup en chef de file pour contre-balancer l’influence de Florian Philippot, va plancher avec d’autres parlementaires sur une réforme de la Constitution.

Mais pour espérer la mettre en oeuvre depuis l’Elysée, le parti d’extrême droite va devoir rassurer la majorité de Français qu’il effarouche. Pour ce faire, il se présente depuis début janvier comme le parti de la paix et de la concorde, affiches « La France apaisée » à l’appui.

(Avec AFP)

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés sur Le programme du FN est « incohérent et anxiogène »

France : La classe politique divisée sur le projet de révision constitutionnelle malgré les …

Par :  |  Mots clés : France, réforme constitutionnelle
French.china.org.cn | Mis à jour le 06-02-2016

Le projet de loi portant révision de la Constitution qui a été discuté vendredi à l’Assemblée nationale, continue de diviser la classe politique française, malgré les assurances du Premier ministre Manuel Valls.

M. Valls a présenté vendredi aux députés pour discussion, le texte relatif à l’état d’urgence et à la déchéance de nationalité que le gouvernement veut inscrire dans la Constitution.

Dans ce nouveau texte, la déchéance qui ne visait que les binationaux nés français sera désormais applicable à tous les Français (binationaux et mononationaux) coupables de terrorisme et, la déchéance de nationalité, aujourd’hui prononcée par décret, deviendra une peine complémentaire prononcée par le juge pénal.

M. Valls a également assuré au sujet de l’état d’urgence en annonçant une possible restriction de sa durée de prorogation à une période maximale de quatre mois, renouvelable. Une avancée par rapport à la loi de 1955, qui ne prévoit aucune limite temporelle.

Mais malgré ces concessions, le Premier ministre français n’a pas réussi à faire l’unanimité autour de son projet de loi, les politiques étant plus que jamais divisés sur la nécessité ou pas, de constitutionnaliser l’état d’urgence et la déchéance de nationalité.

« Je ne vois pas l’utilité de constitutionnaliser l’état d’urgence. Nous avons une loi qui prévoit cette situation de crise. Le Conseil constitutionnel a d’ailleurs statué en disant que ce dispositif n’était pas anticonstitutionnel donc il n’y a aucun impératif à mettre l’état d’urgence dans notre Constitution si ce n’est de faire de l’esbroufe », a déclaré Marion Maréchal Le Pen, au nom du Front national (FN).

Sur la déchéance, la députée du FN souligne que l’objectif initial de cette réforme était d’élargir le périmètre de la nationalité, mais dit-elle, « on se rend compte qu’à l’état actuel de la rédaction du texte la conséquence directe c’est la restriction du droit existant. C’est-à-dire moins de possibilité de déchéance puisque le gouvernement dans le texte impose un préalable aux condamnations, ce qui n’est pas le cas dans une partie des dispositions du droit actuel… Je ne crois pas que le Front national votera cette réforme », a indiqué Mme Le Pen.

Au parti Les Républicains, principal parti d’opposition, les députés sont divisés sur la question.

Nathalie Kosciusko Morizet, présidente du groupe Les Républicains, a déclaré lors de sa prise de parole à l’Assemblée que « cette révision est inutile et elle est dangereuse » et que le gouvernement qui appelle à l’unité contre le terrorisme et est en train de « dissoudre dans cette réforme de surcroit inutile ». Tout comme son collègue républicain François Fillon qui a qualifié ce projet de révision constitutionnelle de « bricolage précipité ».

Quant à Eric Ciotti, également député du même parti (Les Républicains), il dit être en phase avec le texte présenté par Manuel Valls. »Je reste dans ma position initiale de fidélité et de respect à des convictions. J’ai toujours défendu la déchéance de nationalité pour les terroristes y compris les terroristes binationaux nés français donc, personnellement je souhaite voter ce texte », a indiqué le député à BFMTV.

En ce qui concerne les députés socialistes qui s’étaient majoritairement opposés à la déchéance de nationalité parce que ne concernant que les seuls binationaux nés français, ils ontdésormais décidé de voter le nouveau texte.

« Il y avait un point qui ne pouvait pas passer pour les députés socialiste : c’est de faire une différence entre les Français qui ont acquis la nationalité et ceux qui sont nés français. C’était une inégalité que nous n’approuvions pas. Aujourd’hui nous avons réussi à convaincre et la proposition de Manuel Valls est tout à fait convenable c’est pourquoi nous allons la voter », a dit le député socialiste Patrick Mennucci.

Selon M. Mennuci, la constitutionnalisation de l’état d’urgence garantie aux Français à la fois la sécurité et la liberté parce que la Constitution est protectrice. Et demander au juge de définir la déchéance de nationalité est également une garantie judiciaire à tous les Français.

Le Parti chrétien-démocrate ne votera pas ce projet de révision constitutionnelle.

« Je vais voter contre puisqu’il n’y a pas de nécessité à faire rentrer dans la Constitution une disposition de l’état d’urgence. Je ne vois aucune nécessité non plus de faire rentrer la déchéance de nationalité dans la Constitution car ce n’est pas le rôle de la Constitution d’incorporer une telle disposition », a expliqué le député Jean Frédéric Poisson du parti Chrétien démocratie, sur LCI.

Selon M. Poisson, la Constitution est un texte qui garantit les libertés fondamentales et qui doit assurer la cohésion de la nation. Donc, on ne doit pas y ajouter des dispositions comme l’état d’urgence qui réduisent les libertés fondamentales ou la déchéance qui modifie la manière d’appartenir à la nation. Fin

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés sur France : La classe politique divisée sur le projet de révision constitutionnelle malgré les …

La réforme constitutionnelle ? « Un merveilleux enfumage du gouvernement » (Marion Maréchal …

Download PDF

Interrogée par BFM TV après son discours dans l’hémicycle, Marion Maréchal-Le Pen a jugé que le projet de révision de la constitution était de « l’esbroufe et de la communication ». Ainsi, « on ne parle pas des mesures qui devraient être prises » contre le terrorisme, dénonce le député FN :

GD Star Rating
loading…

La réforme constitutionnelle ? « Un merveilleux enfumage du gouvernement » (Marion Maréchal-Le Pen), 5.0 sur 5 basé sur 7 votes

Download PDF

Eric Martin

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés sur La réforme constitutionnelle ? « Un merveilleux enfumage du gouvernement » (Marion Maréchal …

Avant-PremièreLe FN cherche son discours économique

Une image de marin circule en coulisses au Front national pour exprimer le sens de la réunion, prévue ce week-end, à huis clos, au Country Club d’Étiolles, en région parisienne: tel un bateau de course, le parti abat les voiles, nettoie le pont et vérifie les cordages avant de reprendre la mer. Une escale technique en somme.

Environ cinquante-cinq cadres, membres du bureau politique, parlementaires frontistes, et une quinzaine d’invités extérieurs se retrouvent dans ce lieu reposant de l’Essonne. L’objectif est de tout mettre sur la table – de la question du changement de nom aux détails du programme économique – pour imaginer la meilleure …

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés sur Avant-PremièreLe FN cherche son discours économique

Les petits problèmes de BFMTV pour inviter certains politiques, par Ruth Elkrief

JE FAIS LA GUEULE – Semaine compliquée pour le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll. Empêtré dans une crise agricole qui prend un peu plus d’ampleur chaque semaine, il s’en est aussi pris à plusieurs reprises aux médias. Il a d’abord copieusement sermonné Alain Weill, le président de NextRadioTV, groupe audiovisuel qui détient notamment BFMTV, parce qu’il n’était pas content d’un reportage. Rebelote mercredi dernier lors de son compte-rendu du Conseil des ministres où il n’a pas goûté certaines questions sur le projet de révision constitutionnelle. Enfin, jeudi matin, Stéphane Le Foll s’est pris le bec avec Olivier Mazerolle, au début de son interview sur RTL.

Mais rassurez-vous, Stéphane Le Foll n’est pas un cas isolé. Les rapports sont parfois délicats entre la presse et les représentants politiques. Dans une enquête sur la place de BFMTV au sein du paysage audiovisuel français pour le magazine Society du vendredi 5 février 2016, La présentatrice vedette du 19h-20h, Ruth Elkrief, raconte notamment que certains politiques traînent parfois les pieds avant de venir :

Aujourd’hui, plus personne ne refuse de venir chez nous, même si certains font parfois des crises.Mélenchon a longtemps fait la gueule, Marion Maréchal-Le Pen  aussi parce qu’elle n’avait pas apprécié une interview. Marine Le Pen, elle va, elle vient, elle dit qu’elle ne reviendra plus, et puis elle revient. Ils ont leurs états d’âme et ce n’est pas grave.

Les dirigeants du Front national, puisqu’ils sont ici directement cités, ont eu de très nombreux accrochages avec les médias. « Je n’ai pas envie de répondre à BFM que je considère comme ordurière », avait balancé Marine Le Pen l’été dernier en pleine crise avec son père. Quelques jours plus tard, elle avait carrément appelé les internautes à spammer un journaliste de la chaîne d’info en continu.


À LIRE SUR LE LAB :

5 exemples des relations un poil compliquées entre le FN et les médias

Tags: ,
Posted in Marion Maréchal-Le Pen by Marion Maréchal-Le Pen. Commentaires fermés sur Les petits problèmes de BFMTV pour inviter certains politiques, par Ruth Elkrief